The Mauritius Yellow Pages

The Mauritius Yellow Pages News - Technologie : ne sommes-nous pas en train de creuser notre propre tombe?

Click here to make themyp.com your default homepage

Our site has been optimised for IE 5+ and is best viewed in 800x600 and in medium font and Java enabled

- Tell a friend about this page -

    Technologie : ne sommes-nous pas en train de creuser notre propre tombe?  
   

Posted to the web on September 19, 2001

 
themyp.com Newsletter

Subscribe
Un-Subscribe



Sign up today to receive our low volume newsletter. Tips, tricks, news, and whatever else crosses our minds.
Privacy Statement

What do you think about internet in Mauritius? Clik to Vote

Voting

Mauritian Internet
What do you think about internet in Mauritius?
Click to vote

 

September, 19 2001 - Port-Louis, Mauritius, Indian Ocean

Suggested Sites
More Info...

Company

Haungs ActiveCom Ltd
IBL Group

Art and Culture

IIET

Information

HELLO NEWS TV

Education

ICP
Hotel School Of Mauritius

Homepages

Bruno Hazaree
Janet and Gary

Tourism

MTTB
Dom and Joe Voyages
Tropic Villas
One Way Blue

Suggested Pages

Tourism

Mauritius Diving Holidays

Information

News on Mauritius
 

Du glaive grecque au dernier virus fabriqué en laboratoire en passant par la bombe atomique, l'être humain a toujours eu la fâcheuse habitude de développer des moyens efficaces de destruction qui pourraient, un jour ou l'autre, amener à son annihilation. Mais s'en est-il rendu réellement compte ? Pas si sûr. Dans le monde entier, à chaque coin de laboratoire, au moment où ces lignes sont écrites, se dessine un danger bien plus important et bien plus sournois. Deux courants parallèles apportent des sujets de réflexion : la course que se livrent les scientifiques du monde entier pour arriver à "la" réalité virtuelle parfaite et les avancées technologiques incessantes en matière de robotique et d'ingénierie informatique. Cet essai tente de faire la synthèse des différents éléments pluridisciplinaires qui semblent converger vers une même logique planétaire : à savoir la préparation d'un armageddon technologique.

Les faits sont là pour accréditer cette thèse : Intel, numéro un mondial des microprocesseurs, a récemment annoncé que la loi de Moore qui régit depuis un quart de siècle le développement des cerveaux de nos ordinateurs tiendra encore longtemps [cette loi stipule que la puissance des micro-processeurs double tous les dix-huit mois]. Si la voie classique du silicium, qui a tenu pendant plus de trois décennies, va probablement toucher un mur infranchissable dans une quinzaine d'années tout au plus; en revanche, celle des molécules protéiniques offre des débouchées tout à fait phénoménaux. En cinquante ans, les ordinateurs ont fait un saut quantique; Colossus, l'aïeul, ne pourrait guère aspirer à concurrencer une vulgaire calculette de maternelle. En cinq décennies, la puissance de calcul des machines a connu un facteur de progression de plus d'un milliard et on estime à cinq ans le nombre d'années nécessaires pour intégrer à un environnement domestique la puissance d'un super calculateur. L'évolution humaine ne tient évidemment pas la comparaison. Le développement des premiers australopithèques a pris quelques centaines de milliers d'années, autant que la transition de l'ère néanderthalien vers celui du Cro-Magnon, la période informatique n'a pas encore 60 ans, une microseconde à l'échelle planétaire.

La boule de cristal

Le cinéma est un outil merveilleux pour explorer et dépasser les frontières de l'imagination humaine tout en étant le médium le plus puissant pour transporter nos craintes et nos espoirs les plus fous. Bon nombre de films de ces deux dernières décennies ont mis au grand jour les peurs de beaucoup d'entre nous par rapport aux avancées en informatique et en robotique. Les exemples abondent : Matrix I and II, Johnny Mnemonics, Terminator I and II, Existenz, Artificial Intelligence, 2001: Space Odyssey, etc. Là où Terminator annonçait une confrontation à venir entre des Cyborgs, entités à apparence humaine, et les humains, le film "Matrix" va plus loin et annonce l'asservissement de la race humaine par une intelligence infiniment plus affinée que la nôtre. Comment ? En utilisant la plus réelle des réalités virtuelles : nos cinq sens. En effet, ces cinq passerelles vers l'extérieur constituent notre unique moyen de communication; en les reconnectant à une interface informatique [Existenz, Matrix], l'on pourrait aisément flouer notre perception du réelle. Utopie ? Pas tout à fait ! "Shrek", le dernier film de Dreamworks, démontre bien qu'un monde virtuel peut être modélisé visuellement presque à la perfection. Et que dire de Final Fantasy, film qui aura nécessité quatre ans de production et dont les rendus sont tout à fait bluffants. Manque encore les quatre autres sens, mais ils ne devraient pas tarder. Reste à savoir quelles technologies utiliser : c'est là qu'entrent en jeu l'amalgame nano-technologie et bio-technologie.

Technologies

D'un point de vue technologique, la nano-technologie permet d'envisager la mise en place de nano-outils qui seront appelés à faire office de liquide amiotique pour robots. Ce seront des robots qui fabriqueront des robots. Si l'humain a pris des centaines de milliers d'années pour arriver à la perfection que sont la conception et la gestation d'un être humain, pour les robots cela ne prendra guère que quelques décennies. Mais l'ordinateur n'a pas de bras, ni aucune interface physique. Du moins, n'en avait-il pas besoin jusqu'ici. Doter les robots d'une interface physique n'est pas a priori le plus difficile; la vue ? Les capteurs CCD existent déjà et il y a des centaines de milliers de Webcams disséminées à travers le monde et beaucoup accessibles depuis Internet. L'ouïe et la voix ? La technologie auditive est au point de même que la reconnaissance vocale et la synthétisation de sons naturels qui font des bonds spectaculaires chaque fois qu'un nouveau microprocesseur apparaît. Le goût et l'odorat ? Ces derniers sont des composants chimiques présents dans notre environnement naturel. Des capteurs physiques ultra sensibles existent déjà, n'a-t-on pas commercialisé un appareil capable de transférer des odeurs via Internet ? Le savoir, l'intelligence et la capacité de penser ? Toute personne, ayant un accès à l'internet peut accéder à un amas d'informations presque à l'infini venant des quatre coins de la planète; il en va de même pour les machines qui sont les garantes de ce patrimoine en ligne.

Nous, les humains

De plus, toute la mémoire d'un être humain tient aisément sur le disque dur d'un ordinateur de bureau. Quant à l'intelligence, elle est le fruit de l'évolution, des expériences et des stimulis que nous ressentons lors des contacts avec le monde qui nous entoure. Un enfant prend plusieurs années pour appréhender le monde qui l'entoure, ne serait-ce que pour se mettre en phase avec le réel et l'assimiler [Piaget]. La robotique, quant à elle, apprend plus vite, les générations de robots s'annualisent; de plus, la mémoire collective — qui n'est après tout que la somme des données collectées — devient une véritable base de savoir qui est transférable d'un robot à un autre en une fraction de seconde. Reste l'intuition, les sentiments et le mouvement qui restent jusqu'ici le saint Graal de la race humaine. La dernière génération de robots tient difficilement debout et les sentiments et l'intuition qui animent les humains s'appuient autant sur des fondamentaux physiologiques que neurologiques, données quasi incompréhensibles pour la machine qui trouve sa source dans la logique binaire.

Et Internet

Dans un domaine un peu différent, un autre développement préfigure d'une prochaine révolution. Dans le cerveau humain, c'est l'union des neurones qui fait sa force. En effet, les centaines de milliards de synapses qui nous permettent de penser, de comprendre et d'appréhender le monde qui nous entourent puisent leurs forces dans les interminables connexions qui caractérisent leur fonctionnement… un peu à la manière d'Internet, le réseau des réseaux. Internet, tel que nous le connaissons actuellement, est basé sur les mêmes technologies de transmission de ses débuts [utilisation de iPV4, DNS, câble en cuivre, paquets, etc], mais la prochaine évolution d'Internet [Internet 2 avec des débits bien supérieurs au réseau actuel] accompagnée du développement annoncé du phénomène P2P [Peer-to-Peer, Napster] et des structures de travail évoluées [Datasynapse, SETI] laisse entrevoir un réseau bien plus proche structurellement de notre cerveau où chaque ordinateur aura la capacité de calcul d'un cerveau de rat mais puisera sa force dans ses interconnexions et sa capacité de redondance et de 'self-sustainability'; après tout, le cerveau humain perd chaque jour d'une manière irréversible des milliers de neurones sans que cela ne nous affecte immédiatement. Pour en revenir à l'internet, beaucoup d'entre nous sont désormais des captifs de la technologie qu'on le veuille ou non. Pire qu'une drogue, c'est devenu un dogme, une manière unique de pensée. Quoi qu'il en soit et quoi qu'on en dise, les mots "avatars", "mondes virtuels" et "Cyber" figurent déjà dans notre vocable et font partie de la vie de bon nombre de gens.

Dans les laboratoires du monde entier, des ingénieurs et des savants ont mis sur pied des centaines de robots allant de la pseudo-sauterelle au robot de plusieurs centaines de kilos. Certains, comme le chien AIBO de Sony, ont connu un succès, d'autres travaillent des semaines durant dans des usines anonymes. Mais demain… nous aurons des robots qui pensent, qui apprendront, qui observeront, qui pourront avoir des conversations structurées et réfléchies, tout ce dont des êtres dotés de conscience sont capables. Lorsque ce jour pas trop lointain sera atteint, pourrons-nous encore les appeler "robots" ? Parce que "Robot" signifie "esclave", ne seront-ils pas mécontents du sort que nous leur réservons et que nous avons réservé à leurs aînés, sauront-ils respecter les règles élémentaires de la robotique tel qu'énoncées par Isaac Asimov ? Comment percevront-ils les humains ? Comme leurs maîtres ou comme leurs égaux ? Après tout, si les robots deviennent plus humains, pourrons-nous encore les traiter de machines ? Ne nous dirigerons-nous pas vers un remake de la structure sociale post-esclavage. En quoi les humains seront-ils "bénéfiques" aux robots ? Ne serons-nous pas plus "faillibles" qu'eux, nous qui sommes faits de chair ? Comme le disent si bien les "méchants" de la Matrice, après tout sur terre, qui sont les virus ? Autant de questions qui restent sans réponse.

Le début de la fin ?

Le pire dans tout cela est qu'à la manière des moutons de Panurge, nous nous hâtons vers cette sombre destinée. Les investissements en nanotechnologie, en robotique, en informatique, en biotechnologie et en recherches annexes engloutissent chaque année plusieurs centaines de milliards de dollars sous l'impulsion des multinationales et des pays industrialisés qui utilisent la recherche, la nouvelle économie et les nouvelles technologies de l'information et de la communication comme le moteur principal d'un développement soutenu. Tout le monde est d'emblée unanimement d'accord pour accorder une place prioritaire à ces technologies souvent aux frais même de ceux qui vivent sur cette planète [le coût d'une seule fabrique de microprocesseur suffirait à couvrir les frais de l'OMS pour une décennie]. A coup de campagnes publicitaires gigantesques, avec des moyens démesurés pour intégrer l'informatique à la vie de chaque jour et de chacun, nous glissons lentement vers une boulimie technologique maladive qu'aucun antivirus ne parviendra à guérir; les premiers symptômes ne tarderont pas à apparaître.

Si tout se passe bien, si aucun pirate ne parvient à mettre à mal le réseau des réseaux, nous poursuivrons, presque irrémédiablement un tracé que beaucoup avant avaient imaginé : la domination de la race humaine par des machines. Utopie ? Pas plus tard que la semaine dernière, la MBC Radio diffusait une émission sur internet à Maurice : en réponse à un commentaire sur le développement de la consommation de ce "loisir" à Maurice, l'animateur eut le réflexe somme toute naturel de demander si nous n'allions pas devenir "esclaves" de la machine. Cela va-t-il se passer ainsi ? Dans trente ans, l'auteur de ces lignes sera peut-être encore vivant. Dans trente ans, nous verrons si nous ne nous sommes pas inconsciemment jetés dans la tombe que nous aurons nous-mêmes fouillée.

La semaine prochaine, nous allons explorer les différentes options qui existent pour se connecter à l'internet.

Si vous désirez nous contacter, écrivez nous à busmag@ifrance.com

 

Source

Create or discuss on our Forum this article NOW!

     

   


Mauritius Yellow Page Archive | Interesting Mauritian Sites | Mauritian Sites | Mauritius News | Mauritius Yellow Pages Directory | Mauritius Top Sites | Mauritius What's New | World News | Top_Sites_in_Mauritius | Top_Mauritian_Sites_Archive | Top_20_Mauritian_Sites | The_Mauritius_Yellow_Pages_Archive | The_Mauritius_Yellow_Pages_Browsing_by_Category | sub | News_Archive | New_uploads | The_Mauritius_Yellow_Pages_Trademarks_Browse_by_Category_A-M | The_Mauritius_Yellow_Pages_Trademarks_Browse_by_Category_N-Z Mauritius_Residential_Telephone_Numbers

Mauritius Yellow Pages | Mauritius advertising | Mauritius Classifieds | Feedback | Mauritius Services | Mauritius Search | Features
Contact us 
| The Mauritius Yellow Pages

Ó Copyright Internet Services www.icsm.biz 2000 - 2005